mercredi 28 mars 2012

Des communications très high-tech mais néanmoins très humaines

Les tablettes tactiles n'ont pas tardé à donner de très bonnes idées en matière de communication à certains communicants innovants. Voici un petit florilège de mises en scène qui font la part belle à cet instrument que d'aucun jugeait un tant soit peu superflu à ses débuts et qui semble pourtant peu à peu envahir notre quotidien et celui des annonceurs. Et en plus, ces réalisations ont su allier technologie et chaleur humaine. C'est assez rare pour être aussi signalé ...
Moi je dis chapeau pour ces brillantes idées qui donnent un vrai coup de fouet à tous ceux qui, comme moi, recherchent les moyens de communiquer les plus remarquables.

video

video

video

mardi 13 mars 2012

Pour gagner soyons heureux !

J'ai eu la chance d'assister hier soir à une conférence d'Edgar Grospiron sur la thématique "Sport de haut niveau et management en entreprise : 5 clés de réussite!". Pour ceux qui ne connaissent pas Edgar Grospiron, je rappellerai simplement qu'il fut champion olympique de ski de bosses en 1992 à Albertville et multiple champion du Monde de la discipline dans les années 90, et qu'il s'est depuis reconverti dans le consulting (http://www.grospiron.net/) et plus particulièrement dans l'organisation de conférences sur la motivation et les parallèles en la matière entre un sportif de haut niveau et un manager commercial.
Le show (c'est ainsi qu'est présentée sa conférence) d'Edgar Grospiron est captivant. Le personnage est captivant. Son parcours est captivant. La manière dont il amène chacun à faire de lui-même les analogies avec le monde de l'entreprise est captivante ... Certes, on peut penser qu'il ne révèle rien de bien révolutionnaire, pas de méthode qui n'ait déjà fait l'objet de moultes descriptions, pas de technique de management qui ne soit déjà bien identifiée, mais la façon de mettre en scène ses recommandations, de les lier à des performances exceptionnelles, les siennes, permet à tout à chacun d'en mesurer la portée et, pour la majorité d'entre elles, d'en imaginer l'efficacité lorsqu'appliquées au monde de l'entreprise.

J'avais personnellement gardé l'image d'un personnage excentrique, déluré et probablement un temps soit peu hors de contrôle ... L'image qu'il véhiculait à l'époque de sa gloire sportive. Sa prestation d'hier, m'en a fourni une image bien différente : Edgar Grospiron est un peu excentrique, un peu déluré et absolument pas hors de contrôle. Il est intelligent, et a su construire un discours passionnant dans lequel chaque étape de sa propre construction sportive (sa structuration comme il se plait à le répéter) est pensée de manière à emmener avec lui ses interlocuteurs sur le terrain de l'entreprise sans lourdeur ou parallèles systématiques. 
Ses relations avec son encadrement, coaches et sélectionneurs, sont bien évidemment mises en avant, et il fait la part belle à la motivation et à l'épanouissement personnel comme facteurs clés de succès.

Sa recette ? J'espère qu'il ne me tiendra pas rigueur si j'en dévoile les ingrédients principaux ici ... En tout cas, voici ceux que j'ai personnellement retenus :
Il y a 2 catégories de personnes : ceux qui réussissent et les autres ... 
Il y a ceux qui ont des projets.  Et ceux qui ont des problèmes ...
Ceux qui sont en permanence heureux et respirent la joie de vivre, et ceux qui sont tristes et malheureux ...
Ceux qui font la fête, et ceux qui ne la font jamais ... (sic)
Ceux qui restent intègres et ceux qui se ... désintègrent ... (sic)
Ceux qui ont des objectifs en permanence, et ceux qui se contentent de peu ...
A votre avis quels sont ceux, selon Edgar, qui réussissent le mieux ?

Edgar Grospiron insiste également beaucoup sur la nécessité de se concentrer en priorité sur ses points forts, sur ce que l'on aime bien faire. C'est selon lui, non seulement la meilleure façon de gagner, de ne pas se disperser, mais aussi, une fois que l'on s'est affirmé comme leader, d'entraîner ses concurrents sur son propre terrain de prédilection, à vouloir vous copier, et ainsi à les contraindre à vous affronter avec les armes que vous maîtrisez le mieux.

Je terminerai par un dernier petit conseil de la part d'Edgar, qui encore une fois peu paraître bien banal, mais qu'il me semble que bien peu d'entreprises savent pourtant mettre en application : à la fin de chaque compétition posez-vous donc la question suivante : "Qu'est ce qui a super bien marché et qu'est-ce que tu souhaiterais améliorer pour la prochaine course ?"